Le Tintoret et Yves Bonnefoy à Nancy

Le Tintoret et Yves Bonnefoy à Nancy, quel rapport, vous demandez-vous ?

Le Tintoret est né le 29 septembre 1518 à Venise. Yves Bonnefoy est né le 24 juin 1923 à Tours. Le premier est un peintre vénitien, le second est un poète français. Ils dialoguent au travers des siècles : la peinture peut inspirer un poète ou l’inverse. Voyons cela!

Le Tintoret et Yves Bonnefoy à Nancy

Le Tintoret et Yves Bonnefoy à NancyLe Tintoret est le peintre du maniérisme. Avec lui, les codes de l’art classique sont balayés. L’orde a disparu, la sérénité n’est plus de mise ; place au foisonnement , aux émotions mal ou pas du tout contrôlées. Place à l’angoisse devant la vie et la mort. La perspective avec un seul point de fuite a disparu. Les points de vue sont multiples, tout a explosé.

Au musée de beaux arts de Nancy, sur la place Stanislas, il y a une déploration du Christ peinte par Le Tintoret. Six personnages et deux angelots entourent le corps qui est descendu de la croix. Nicodème aide Joseph d’Arimathie à porter le corps. Ce sont les deux personnages masculins en arrière. La Vierge, la mère de Jésus est effondrée et porte un habit rouge; elle est devant alors que Marie Madeleine, porte un habit bleu. D’habitude les couleurs sont inverses mais au seizième siècle, le code des couleurs n’était pas le même qu’aujourd’hui. Tous ces personnages sont pris en pleine action, leur douleur n’est pas contenue, le corps vient d’être détaché de la croix et il tombe dans les bras des protagonistes.
Le corps du Christ et ceux qui le recueillent sont orientés en opposition. Ils forment un X, ce qui est une façon de souligner leur différence de nature. Divine pour le Christ, humaine pour les autres. L’opposition est clairement présente, la lumière est quasi surnaturelle. Elle montre que quelque chose de terrible est arrivé. La résurrection n’est pas encore survenue

Le Tintoret et Yves Bonnefoy

Le Tintoret et Yves Bonnefoy à Nancy
© Joumana Haddad

Yves Bonnefoy a écrit un poème sur une pietà de Tintoret. Les deux derniers vers, deux alexandrins, sont ceux ci:
Le désir déchira le voile de l’image
L’image donna vie à l’exsangue désir
Ainsi donc, la vie ou le désir l’emporte sur l’image ou sur les arts visuels. Mais les arts visuels peuvent aussi susciter le désir et la vie. Exsangue ou pas, le désir est là. Exsangue parce qu’accompli ou parce que déjà vidé de son sens , à chacun d’en décider. Toujours est il que le dialogue entre le peintre et le poète existe et que les deux se répondent pour se compléter et donner vie au… désir.
Yves Bonnefoy, traducteur de Pétrarque et de Leopardi mais aussi de Shakespeare, Yeats ou Keats, illustre à sa manière la fameuse phrase de Umberto Ecco: “ la langue de l’Europe, c’est la traduction”. La traduction d’une langue à l’autre mais aussi la traduction d’un art vers un autre, d’un mode d’expression vers un autre . Et ce n’est pas pour rien qu’il est aussi, en plus d’un poète majeur de notre temps, un critique d’art particulièrement aigu.

Infos pratiques sur le Musée des Beaux-arts de Nancy

Musée des beaux arts
3 place Stanislas
54000 Nancy
Horaires d’ouverture : tous les jours de 10h à 18h sauf le mardi
Tarif : 6 euros, réduit 4 euros , audio guide 3 euros

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.