Palmarès du 41e Festival du film italien de Villerupt

Le palmarès du 41e Festival du film italien de Villerupt 2018 couronne des films italiens, pleins de sensibilité, qui plairont aux cinéphiles et à tous les amateurs. Voici le palmarès 2018.

Palmarès du 41e Festival du film italien de Villerupt

AMILCAR DU JURY
parrainé par le Conseil Départemental de Meurthe-et-Moselle
Palmarès du 41e Festival du film italien de VilleruptSAREMO GIOVANI E BELLISSIMI
de
LETIZIA LAMARTIRE
Au début des années 1990, la chanteuse Isabella (Barbora Bobulova, qui a été également récompensée cette année) a vécu son heure de gloire le temps d’un été. Vingt ans plus tard elle vit retirée dans la ville très provinciale de Ferrare, où elle continue de se produire avec les mêmes chansons, accompagnée par son fils Bruno (Alessandro Piavani), devant un public de plus en plus clairsemé.
Isabella s’est persuadée que la naissance de Bruno a mis un terme à son succès. Cela n’empêche pas la relation fusionnelle, quasi amoureuse, entre mère et fils, malgré des frictions. Isabella a parfois des réactions d’adolescente, ce qui a rendu Bruno très mûr pour son âge.
Tout bascule lorsqu’apparaît Arianna (Federica Sabatini), jeune leader d’un groupe rock avec qui Bruno commence à jouer. La relation entre mère et fils change. Bruno vole de ses propres ailes, ce qui oblige Isabella à faire enfin face à la réalité.

 

AMILCAR DU JURY JEUNES
parrainé par la Région Grand Est
Palmarès du 41e Festival du film italien de VilleruptFIORE GEMELLO
de
LAURA LUCHETTI
Anna (Anastasyia Bogach), une adolescente de treize ans, vivait en parfaite harmonie avec son père en Sardaigne. Suite à un événement traumatisant qui la rend muette, elle prend la fuite. Basim (Kalill Kone), un adolescent ivoirien de seize ans est venu en Europe en quête d’un monde meilleur. Leur chemin se croise lorsque Basim vient en aide à la jeune fille qui se fait malmener par deux adolescents.
Tous deux se lient d’amitié et partent alors loin de ce monde qui les a blessés, à la découverte de la Sardaigne, de ses paysages mais aussi de ses personnages. Oui mais voilà, Anna est poursuivie par Manfredi (Aniello Arena), le trafiquant d’immigrés pour lequel travaillait son père et qui est obsédé par la jeune fille. Basim la protège et très vite ils deviennent tout l’un pour l’autre.

 

AMILCAR DE LA CRITIQUE
parrainé par le Conseil Départemental de Moselle
Palmarès du 41e Festival du film italien de VilleruptLA TERRA DELL’ABBASTANZA
de
FABIO et DAMIANO D’INNOCENZO
Banlieue de Rome. Manolo (Andrea Carpenzano) et Mirko (Matteo Olivetti) sont des amis inséparables. Ils sont élèves au lycée hôtelier et font des petits boulots. Un soir, en rentrant, Mirko renverse un piéton. Personne ne les a vus, Manolo lui fait prendre la fuite et l’amène chez Danilo (Max Tortora), son père, qui les calme et leur suggère de continuer comme si de rien n’était.
Mais Danilo apprend que la victime est un mouchard, recherché par un clan mafieux. Il voit l’occasion de sa vie. En disant que c’était Manolo qui conduisait, père et fils sont intégrés dans le clan. Manolo est chargé de tuer un commerçant maghrébin dans le centre de Rome. Il fait recruter Mirko et ensemble ils exécutent le contrat.
Tout d’un coup Mirko a de l’argent et il peut soulager sa mère (Milena Mancini) qui n’est pas dupe de la provenance de cette fortune. Manolo et Mirko s’ennuient à surveiller les prostituées du clan et le boss leur propose un nouveau contrat dangereux.

 

 

AMILCAR DES EXPLOITANTS
parrainé par la Communauté de Communes du Pays Haut Val d’Alzette et par le magazine BoxOffice France
Palmarès du 41e Festival du film italien de VilleruptIL VIZIO DELLA SPERANZA
de
EDOARDO DE ANGELIS
Non loin de Naples le fleuve Volturno se jette dans la mer. Le fleuve et ses rives sont le théâtre de bien des trafics. Maria (Pina Turco) vit là, dans un présent monotone, s’occupant de sa mère et au service d’une dame (Marina Confalone) qui régit un trafic d’enfants et de prostituées. Maria, vêtue comme un homme, accompagnée de son pitbull, transporte sur sa barque des femmes enceintes vers un bâtiment miteux où elles accouchent sans aucune assistance.
Un jour une femme africaine s’échappe et Maria se met en chasse pour la retrouver. Mais elle aussi est enceinte et progressivement son instinct maternel fait émerger sa féminité, au risque de perdre sa position dans la camorra locale.

 

AMILCAR DU PUBLIC
parrainé par la Région Grand Est
Palmarès du 41e Festival du film italien de VilleruptIL BENE MIO
de
PIPPO MEZZAPESA
Provvidenza est un petit village du sud de l’Italie, perché sur une colline, qui a subi un fort tremblement de terre il y a plusieurs années. Plutôt que de consolider les édifices branlants, les autorités ont préféré bâtir Provvidenza Nuova quelques kilomètres plus bas et les habitants s’y sont transférés. Tous ? Non.
Elia (Sergio Rubini), seul avec ses souvenirs, continue d’habiter dans sa maison et résiste à toutes les injonctions de ses amis. Cet irréductible devient même une attraction touristique ! Son ami Gesualdo (Dino Abbrescia) qui a une petite entreprise de cars de tourisme ne manque pas d’amener les visiteurs étrangers jusque sur la place où Elia raconte la vie passée du village.
Un soir Elia sent une présence qui rôde autour de lui. On commence à se demander s’il n’est pas devenu fou lorsqu’il prétend qu’il s’agit d’une femme ! Mais Elia finit par la dénicher : c’est Noor (Sonya Mellah), une clandestine qui a fui le Moyen-Orient et qui veut rejoindre sa sœur établie en France.

Barbora Bobulova au Palmarès du 41e Festival du film italien de Villerupt

AMILCAR DE LA VILLE
parrainé par la Ville de Villerupt
Palmarès du 41e Festival du film italien de VilleruptBARBORA BOBULOVA
Barbora Bobulova est née en 1974 à Martin dans l’actuelle Slovaquie. À l’âge de douze ans, à l’occasion d’un casting, elle décroche un rôle dans un film pour la télévision tchécoslovaque. Elle apparaît sur le grand écran dans Vlakári de Juraj Lihosit en 1988, puis dans Nesmrtelná teta de Zden?k Zelenka en 1993.
Elle se consacre ensuite surtout au théâtre et suit les cours de l’Académie nationale d’art dramatique de Bratislava. Elle travaille pour la première fois en Italie en 1996 dans le téléfilm Infiltrato de Claudio Sestieri.
En 2004 elle connaît le succès pour son rôle dans La Spettatrice, première réalisation de Paolo Franchi, puis l’année suivante son interprétation d’Irène dans Cuore sacro de Ferzan Özpetek lui vaut de nombreuses récompenses comme meilleure actrice : David di Donatello, Globo d’oro et Ciak d’oro en 2005, Nastro d’argento en 2006. Au fil des années Barbora Bobulova s’est affirmée comme l’une des actrices les plus appréciées en Italie.

Site officiel

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.