L’art de vivre avec Cittaslow

CittaslowOn connaissait déjà le slowfood, un mouvement qui s’oppose à la standardisation des goûts et met en valeur l’écogastronomie. Le plaisir de manger simple, naturel et d’apprécier les goûts de la nourriture.
Dans la lignée de cette philosophie du bien vivre, nos amis italiens ont créé la Cittaslow, en 1999.
De quoi s’agit-il ?

Cittaslow est un mouvement qui cherche à redimensionner la ville à l’échelle de l’homme.
Réduction des pollutions lumineuses et sonores, développement des productions locales, développement du commerce de proximité et de l’artisanat, protection des ressources locales et traditionnelles, pas de semences OGM. Il s’agit de façonner la ville dans le respect des générations futures. Faire de la ville, non plus un endroit adapté à l’économie mais au bien-vivre, c’est-à-dire à l’homme.
Il en va ainsi de villes comme Greve-in-Chianti où fut signé le premier protocole de Cittaslow, mais aussi Positano, Orvieto, etc.
A Orvieto par exemple, la ville ancienne (étrusque) perchée sur une colline a proscrit les automobiles. Toutes les voitures se garent dans la plaine. Les habitants et les touristes regagnent la ville ancienne en funiculaire électrique. Pas de grandes surfaces, mais des magasins de fruits et légumes, des épiceries, des artisans (bois, céramique) et des gens qui se croisent à pied, s’arrêtent, échangent, bref une vie sociale retrouvée.
Actuellement, outre Greve-in-Chianti (Toscane), Positano (Campanie), Orvieto (Ombrie), plus de 70 villes ou bourgades italiennes appliquent les principes de Cittaslow, comme, entre autres : Amalfi (Campanie), Cisternino (Pouilles), San Daniele (Frioul), Galeata (Emilie-Romagne), Castiglione in Teverina (Latium), Citta San Angelo (Abruzzes), Bra (Piémont), etc.
Le mouvement est devenu international : 8 villes en France, 5 en Belgique, 1 en Suisse, 2 au Canada, bref, plus d’une centaine de villes de par le monde.
Cittaslow, ce n’est pas l’art de vivre à l’italienne, c’est l’art de vivre, tout court. Une notion fondamentale qu’on a trop tendance à oublier.

Merci et bravo Cittaslow.

Site officiel de Cittaslow in english o italiano

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.