Temple de la Concorde d’Agrigente

Ce temple de la Concorde d’Agrigente d’Agrigente est l’un des temples grecs les mieux conservés de toute l’antiquité grecque, avec ceux de Paestum en Campanie. Il est situé dans la Vallée des temples près d’Agrigente.

Pourquoi ce nom de temple de la concorde ?

Il se nomme ainsi mais n’a rien à voir avec un quelconque dieu de la réconciliation ou de la paix, ni avec un événement heureux de l’antiquité. Simplement, comme on avait trouvé une inscription, d’ailleurs romaine et non grecque, avec le mot concorde, on le nomma ainsi.
Temple de la Concorde d'Agrigente, Vallée des temples, AgrigenteNotez que sur notre photo, on distingue parfaitement le Naos (la cella chez les romains), pièce intérieure réservée aux prêtres, conservant la statue de la (ou des) divinité(s).

Histoire du temple de la concorde d’Agrigente

Ce temple date de 430 av. J.-C. On ignore à qui il était dédié. Mais deux statues retrouvées à l’intérieur ont laissé supposer qu’il pouvait être dédié aux Dioscures, Castor et Pollux. Mais les éléments manquent pour en savoir davantage à ce sujet.
Par contre, ce que l’on sait, c’est que ce temple païen devint une église et même en cathédrale par l’évêque Grégoire (VIe siècle). Il restera un lieu de culte jusqu’en 1788, date à laquelle il fut rendu à son aspect de temple antique.

Architecture du temple de la concorde

On en connaît davantage sur son architecture, très classique à 3 pièces entourées d’un péristyle et sur sa décoration.
Il mesurait 20m sur 42m environ. Les colonnes mesuraient 6,75m de hauteur.
Il semble que du stuc blanc recouvrait le bas du temple, cependant que des couleurs vives égayaient les décorations supérieures, au-dessus des colonnes. Le toit était recouvert de tuiles en marbre.
Autrement dit, l’aspect actuel de pierres nues n’a rien à voir avec son aspect antique coloré. Ne boudons pas notre plaisir, nous sommes bien heureux cependant de son état exceptionnel de conservation.

Conservation du temple de la concorde

Le temple de la Concorde devint une basilique au 6e siècle. On modifia la disposition intérieure. Mais on conserva toute la structure, ce qui explique son bon état de conservation.
Après l’abandon de la basilique, on restaura le temple dans son état d’origine.

A noter aussi

Dans cette vallée aujourd’hui plutôt aride (40° en été), on imagine mal que deux fleuves enserraient la cité autrefois. Ils se jetaient dans la mer toute proche. On devine encore le cours de ces fleuves en suivant les roseaux très verts qui poussent encore au bord de la route.

 

Share

Autres propositions en Italie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.