L’oreille de Denys dans les Latomies

Les latomies, ce sont d’anciennes carrières et l’oreille de Denys, c’est l’entrée de l’une d’elles. La zone de Neapolis fut essentiellement créée entre le Ve et le IIIe siècle av. J.-C.

Les carrières des latomies

Pour élever les édifices de leur ville, les romains retirèrent des tonnes de pierres du sous-sol. Ces pierres étaient extraites sur place, dans d’immenses carrières souterraines.

Les personnes qui extrayaient les blocs dans ces grottes artificielles, des esclaves en fait, travaillaient dans des conditions particulièrement pénibles. A cause de la poussière, de la fumée résultant de l’éclairage, de la moiteur environnante et de la pénibilité même de l’activité. De nombreux esclaves y finirent leurs jours.

Ces cavités profondes servirent également à emprisonner 7000 grecs vaincus lors de leur expédition en Sicile. Plus tard, ce fut le tour des chrétiens.

Mais ce qu’il faut comprendre, c’est que, vue de loin, on a l’impression qu’on a affaire à une dépression, une falaise au pied de laquelle on entrait dans les carrières. Mais, pas vraiment.
En réalité, la dépression qu’on observe de nos jours était entièrement recouverte par la roche elle-même, soutenue par les piliers comme celui qui pointe en hauteur sur la droite de notre photo.
Le toit s’est écroulé, ce qui donne cet aspect actuel de dépression.

C’est dans ces carrières que se situe l’oreille de Denys.

L’oreille de Denys tyran de Syracuse

oreille de Denys dans les Latomies du parc archéologique Neapolis de SyracuseCette anfractuosité dans la roche possède une caractéristique acoustique étonnante, puisqu’elle amplifie le bruit intérieur de la carrière.
La légende voudrait que le tyran Denys y écouta en cachette les paroles échangées par les prisonniers au travail.

Vu les conditions de vie de ces esclaves, on doute fort qu’ils aient eu le temps et le coeur à échanger des idées sur leur tortionnaire. Et le tyran lui-même avait sans doute d’autres préoccupations.
Il s’agit d’une légende très récente, puisque c’est le peintre Caravage, en 1608 qui donna ce nom d’oreille de Denys.

Elle mesure 23 m de haut , 11 m de large à son maximum et s’enfonce sur 65 m dans la roche, en suivant un parcours en forme de S.

En savoir + sur le sujet :

Parc archéologique de Neapolis
L’autel d’ Hiéron II
L’amphithêatre romain de Neapolis
Le théâtre grec de Syracuse
L’oreille de Denys dans les Latomies
Les tombes du parc archéologique de Neapolis

 

Share

Autres propositions en Italie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.