Puiser l’eau à la source

Torregrotta, petite ville modeste de la grande banlieue de Messina.

Cette ville présente toutes les caractéristiques de l’urbanisme désorganisé de la Sicile : longue rue principale bien étroite pour les fous du volant ou du Vespino (sans casque, évidemment), asphalte défoncé, immeubles tristounets rehaussés par de curieuses enseignes démodées (allez vous faire couper les cheveux chez Giuseppe coiffeur dans le texte!; un rôtisseur affiche avec décontraction, juste à côté de l’église qui est bourrée à craquer le dimanche matin, L’inferno dei polli = l’enfer des poulets), rues qui débouchent sans prévenir sur des terrains vagues et surtout une aberration de la politique urbaine : 3 ponts de béton qui s’entrecroisent : celui qui mène à la superstrada, celui qui mène à l’autostrada et celui qui voit passer le train… L’expropriation a été féroce dans les années 90.
Mais la nature résiste : Torregrotta est aussi connue pour ses petites pêches à peau lisse, les smergie.
Parmi les 10 noms de famille les plus répandus sur les 6500 habitants, on en trouve plus de 100 de la famille Abate, un des noms les plus répandus en Sicile (et dans le Piémont ! une histoire d’immigration à écrire…).

Mais il suffit de faire quelques kilomètres et l’on se retrouve entre mer et montagne : Milazzo non loin et les montagnes où se perpétue une tradition:se ravitailler à l’eau des sources, bienfaisante et curative selon les affections dont on souffre.

La source que je connais, Pellegrino (comme la San Pellegrino de Bergame, chère aux Français) se trouve sur le territoire de Monforte San Giorgio (de même l’autre source, celle de San Pier Niceto), pittoresque village perché dans les montagnes, surmonté d’une classique chapelle dédiée à la Madone.

Cette eau fraîche, qui coule tout doucement, en petit filet, est réputée pour ses propriétés bienfaisantes sur les reins. On va ainsi la chercher, avec de gros bidons, en passant par un chemin escarpé qui permet de connaître les ravins de la région.

C’est absolument gratuit et si les jeunes délaissent ces pratiques pour les packs d’eau, la coutume demeure vivace chez les générations plus âgées. Cette coutume n’est pas une singularité de la Sicile ; toute l’Italie, même au Nord, a ses sources d’eau, ouvertes gratuitement à tous mais du côté de Torregrotta, c’est une pratique encore bien vivante et non une image de folklore.
Depuis des temps lointains, l’eau de Pellegrino a acquis cette réputation d’eau curative. Le Ministère de la Santé effectue des contrôles réguliers sur ces sources.

A SAVOIR :

L’eau de Pellegrino, bénéfique pour les reins
L’eau de San Pier Niceto, bénéfique pour le foie.

Pour tout renseignements : commune de Monforte San Giorgio
Et plus particulièrement le chargé du territoire et de l’eau: Rizzo Antonino Agatino.

Share

Autres propositions en Italie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.