Le triskèle sicilien

Le triskèle sicilien est une simple symbolisation d’une forme géométrique, le triangle. Vous ne comprenez pas bien ? Alors, détaillons un peu ce fameux triskèle sicilien. Et tout d’abord, sachez qu’on peut l’écrire triskèle ou triscele ou selon d’autres orthogrpahes encore. Nous préférons celle de triskèle, tirée du mot grec triskélès, à trois jambes. Pourquoi ?

LA DECOUVERTE DE L’ILE

Au 8e siècle avant J.C, à la recherche de nouvelles terres les grecs naviguaient en mer méditerranée. Ils firent la découverte d’une île inconnue jusqu’alors, et furent surpris de l’abondance de ses terres.

Triskèle du drapeau de SicileContournant l’ile, ils découvrirent qu’elle avait la forme d’un triangle à 3 pointes, connues aujourd’hui sous le nom de « Capo Passero » au sud, «Capo Peloro » à l’est et « Capo Lilibeo » à l’ouest.

Les Grecs, appelèrent cette nouvelle île « Trinacria », dérivant du mot « trinacrios » qui signifie treis (trois) et akra (promontoire), et du latin triquetra (a trois versants).

Le premier nom de l’ile fut Sicania. Ce nom se réfère aux premiers habitants, les siculi (*1) et sicani (*2).

UN PEU D’HISTOIRE

Le drapeau Sicilien montre le triskèle (*3) (ou trinacria) qui a été adopté par le parlement sicilien et approuvé par l’Etat italien en février 2000 comme parti intégrante du drapeau sicilien. Le symbole a été apposé au centre, entre le rouge et la couleur or du drapeau.

L’histoire de se symbole remonte à la mythologie.

Le triskèle symbole de la Sicile, est représenté à l’origine par la tête de gorgone (ou plus précisément de méduse (*4)) avec des serpents en guise de cheveux, et 3 demi-jambes (à partir du genoux) pliées sortant de sa tête.

Personnage issu de la mythologie, selon le poète Hésiode, les jambes appartiendraient à chacune des 3 filles de Phorcys et Céto : Méduse (la seule mortelle), Sthéno (la force) Euryale (l’espace).

Une autre représentation du symbole, est la tête d’une femme, possédant des ailes, pour indiquer le temps infini, et entourée de serpents pour la sagesse. Par la suite, les serpents, ont été remplacés par des épis de blé, pour signifier la fertilité de l’ile.

LEXIQUE

 Siculi (*1) : Anciens habitants de la Sicile orientale. Venant de la péninsule italienne, ils sont considérés de lignée latine. 

Sicani (*2) : Ancienne population de la Sicile occidentale. Ils n’appartiennent pas au grand regroupement indou européen, leur origine est inconnue.

Triskèle (*3) : nom d’une monnaie palermitaine d’âge romaine, avec la représentation de la gorgone. Ce fut le premier symbole représentant l’identité d’un peuple et d’un territoire.

LA LEGENDE DE MEDUSE (*4) La gorgone

Fille de Phorcys et Céto, Méduse est mortelle. Comme ses sœurs elle à le pouvoir de pétrifier toute personne qui la regarde dans les yeux.

Persée aidée de Mercure et de Minerve, parvient à trancher la tête de Méduse de laquelle naîtront Pégase, le fameux cheval ailé, et le Géant Chrysaor.
Selon la légende, même décapitée, la tête de Méduse conserve ses pouvoirs de transformer en statue ceux qui croisent son regard.
Ovide raconte que de son sang serait né le corail.
Par la suite, Persée remet la tête de Méduse à Minerve, qui la fixe au centre de son bouclier ou elle sert à éloigner le danger.

 

Share

Autres propositions en Italie

One thought to “Le triskèle sicilien”

  1. Né en Tunisie de parents siciliens expatriés, je suis fier de mes origines que je n’ai pas reniées. Mon père repose en paix sur son île, ma mère jusqu’à la fis de ses jours n’avait qu’un seul souhait: y revenir et y reposer elle aussi en paix.
    Après la Tunisie dont je garde au fond de moi, mes souvenirs de jeunesse j’y ai vécu 35 ans, je me suis installé à Nice.
    J’aurais tant souhaité m’installer en Italie et plus particulièrement en Sicile, hélas la conjoncture a fait que je n’ai pas pu réaliser ce désir.
    Fidèle à mes origines, je participe aux élections, via le Consulat.
    Je suis un grand fan de tout se qui se passe en Italie où je me rend souvent, mais on me dit que : »Je suis plus sicilien qu’italien, j’adore chanter en sicilien, en napolitain et aussi en italien…  »
    Merci à la France qui m’a accueilli où j’ai pu travailler jusqu’à la retraite sans… un seul jour de chômage !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.