L’art étrusque

L’art des Étrusques nous est parvenu en grande partie, grâce aux tombes et monuments funéraires, aux bijoux, poteries et fresques qu’ils contenaient.

L’art étrusque des tombes

Les chevaux de Tarquinia, art étrusqueTaillées directement dans le tuf volcanique du sud de l’Etrurie, elles dénotent, au Nord de l’Etrurie, d’un savoir faire architecturale accompli. En effet, les tumulus sont en pierre, avec parfaite maîtrise de la coupole et de la voûte.
De dimensions assez importantes, 40 à 50 m de diamètre, hauteur atteignant parfois 40 m, la disposition intérieure varie:
– jusqu’à 5 couloirs dans la tombe Regolini-Galassi de Caere, VIe siècle av. J.-C., convergeant vers un groupe de chambres avec une salle centrale,
– ailleurs, petites pièces en enfilade.

L’art étrusque des canopes et sarcophages

A l’origine, les morts étaient incinérés. Mais l’inhumation coexista plus tard avec l’incinération.
Les urnes cinéraires, ou canopes, portent souvent sur le couvercle la tête ou le buste du défunt, les anses sont modelées en forme de bras.
Les sarcophages sont souvent ornés de gisants ou prennent la forme d’un triclinium (lit de banquet).L’art des Étrusques peut être étudié grâce à leurs tombes, analogues à des habitations, où la vie du défunt se trouve évoquée par une extraordinaire profusion d’œuvres d’art.

L’art étrusque des fresques

La technique des fresques évolue. Les étrusques utilisent des teintes d’origine végétale: blanc, noir, rouge et jaune. Mais, la technqiue évolue et ils élargissent leur palette de couleurs, par l’emploi de teintes minérales: bleu, vert, rose, brun et violet.
Les thèmes des fresques évoluèrent également, passant des scènes de vie réelle et joyeuse (banquets, danses, jeux) à des scènes mythologiques ou représentation supposée du royaume des morts, l’Hadès.

Les plus belles tombes de Tarquinia
Tombe Campana à Caere, VIIe siècle av. J.-C.
Tombe des Léopards, VIe siècle av. J.-C.
Tombe des Taureaux, 540 av. J.-C.
Tombe des Augures, 530 av. J.-C.
Tombe de la Chasse et de la Pêche, 510 av. J.-C.
Tombe du Triclinium, 470 av. J.-C.

Le mobilier funéraire et l’art étrusque

La tombe reflétant la vie du défunt, on y trouve donc des objets de la vie quotidienne :
– vases (cratères, hydries),
– céramiques (buccheri) noires vernies,
– sculptures de pierre, d’albâtre ou de tuf volcanique (nenfro),
– sculptures en bronze.

Les bijoux témoignent de l’élégance de la civilisation étrusque (or, argent, ivoire) et d’une technique très évoluée (émail, filigrane et granulation).

Invalid Displayed Gallery

 

Share

Autres propositions en Italie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.