Pages Navigation Menu

L' Italie Guide italie1.com association


Padoue et les fresques de Giotto

Padoue est une grande ville de Vénétie, située à une quarantaine de kilomètres à l’Ouest de Venise. Elle se trouve raccordée par voie maritime au Canal de la Brenta. A l’Ouest, dominent les collines euganéennes.

Padoue

Evolution de Padoue

Padoue remonte à l’époque romaine, connue sous le nom de Patavium.

Durant l’antiquité, la ville se développa jusqu’à devenir l’une des plus importantes villes romaines. Déjà en 89, elle bénéficiat de droits particuliers et notamment les droits pour ses habitants de devenir citoyens romains.
C’est aussi la ville natale de Tite-Live. Elle témoigne ainsi de son importance culturelle.
Les invasions n’épargnèrent pas la ville, celle des Huns en 452, puis des Goths, des byzantins en 540, des lombards au 7e siècle, qui infligèrent une répression sanglante à ses habitants après leur révolte.
Puis Padoue dut se soumettre à Charlemagne, puis fut ballotée entre les rivalités de territoire.
C’est à partir du 11e siècle, que les habitants s’organisèrent pour la gestion del a ville et préserver leur indépendance.
C’est à cette époque que de grandes familles établirent leur puissance, les Camposampiero, les Da Romano assujettis au Saint Empire germanique et surtout les D’Este, qui vers 1175, furent élus pour diriger la ville.
En 1222, l’université de Padoue fut fondée et bénéficia rapidement d’une certaine réputation. On y enseignait le droit, la théologie, mais aussi, à partir de 1399, l’astronomie, la médecine, la rhétorique, etc…
Elle vit étudier Nicolas Copernic. Elle reçut l’enseignement de Galilée.
Construction de la Basilique Saint Antoine de Padoue.
Les Carrara, les Visconti se disputèrent la ville. Mais Padoue passa bientôt sous domination vénitienne à partir de 1405. Elle avait à Venise un représentant élu pour 4 ans, tout en conservant ses lois de 1276 et 1362.
Les vénitiens firent construire une enceinte fortifiée, percée de quelques portes monumentales et développèrent la ville.
Napoléon, envahisseur de l’Italie stoppa cet élan. Padoue passa ensuite aux mains des autrichiens. Puis entra, en 1866, dans le royaume d’Italie.
Durant la première guerre mondiale, le centre de commandement des armées s’établit à Padoue, sous la direction du roi Victor-Emmanuel III.
Menacée par les autrichiens, elle remporte la victoire de Vittorio Veneto en octobre 1918, qui amena l’armistice avec l’Autriche-Hongrie, signée à la Villa Giusti à Padoue.
Durant l’aprés-guerre, agité de nombreuses grèves et affrontements internes, une nouvelle politique se développa, le fascisme, qui passait alors pour le garant de l’ordre et de la propriété. C’est l’époque de la
montée en puissance de Mussolini.

Durant la deuxième guerre mondiale, Padoue est écartelée entre le gouvernement de la République sociale italienne,  l’État fondé par Mussolini, et les résistants italiens, dont le vice-chancelier de l’Université Concetto Marchesi.
Les bombardements alliés n’épargneront pas la ville, le quartier de la gare notamment, détruisant l’église dei Eremitani et ses inestimables fresques de Mantegna, mais épargnant de nombreux vestiges artistiques.

Une zone industrielle est crée en 1946, la plus grande d’Europe, permettant un développement économique international de la ville.
Padoue est donc une ville chargée d’histoire, qui conserve un charmant centre historique et possède des richesses culturelles parfaitement mises en valeur.

Padoue ville intellectuelle, l’université et l’académie

Padoue a été un centre intellectuel depuis le 13e siècle.  En effet, l’université, fondée en 1222, a rapidement rayonné sur la région et bientôt, sur toute l’Europe.
Elle attirait les meilleurs spécialistes, comme Nicolas Copernic, Galilée ou le poète Le Tasse. Mais aussi Giotto, Fra Filippo Lippi et Donatello.
Son jardin botanique, l’orto botanico de Padova, servit de référence en Europe.

L’Académie des Ricovrati à Padoue

L’Académie des Ricovrati fut fondée à Padoue en 1599, à l’initiative d’un noble Vénitien, Federico Cornaro. Elle fut la première à accepter des femmes parmi ses élèves, dont, en 1679, la première femme en Europe à avoir obtenu un diplôme universitaire, la vénitienne Elena Lucrezia Cornaro Piscopia.

Les célébrités de Padoue

Padoue a vu naître l’historien Tite-Live (59 av. J.-C. – 17), auteur d’une Histoire de Rome depuis sa fondation, oeuvre inachevée et dont une partie seulement nous est parvenue.

Padoue est la ville de naissance d’Andrea Palladio, architecte des plus belles villas de Padoue, Vicenza, Treviso et des plus belles églises, notamment à Venise. Ses principes architecturaux inspirèrent tout le 18 et 19e siècle.

Sachez que Canova sculpta l’une de ses premières oeuvres pour le Prato della Valle (actuellemnt une copie est en place, l’original se trouvant au musée.

Enfin, le plus célèbre reste Saint Antoine de Padoue, originaire de Lisbonne et ami de Saint François d’Assise. Saint Antoine de Padoue est mort à Padoue, où son corps repose, dans la basilique du même nom.



Donnez votre avis

Enregistrez votre avis sur le sujet ou sur les infos de notre page. Pour vos questions, voir le FORUM, merci.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>